Risque d explosion d une centrale nucleaire

Le workaholism est une dépendance mentale grave. Je suis conscient du besoin constant d'accomplir nos tâches, qui négligent la famille, les amis, le repos et le sommeil Bien sûr, la production est un verre de la vie de tous. Par conséquent, le bourreau de travail est une dépendance qui ne communique pas avec embarras. Mais comment les reconnaître les uns à côté des autres?

Wonder CellsWonder Cells Un moyen efficace pour les peaux jeunes et nourries!

Le workaholism se caractérise par un grand besoin de travail quotidien. Les patients traitent n'importe quel moment arbitraire comme un temps mort. Ils se sentent alors mal à l'aise et de mauvaise humeur. Ils restent souvent dans leurs bureaux après les heures normales de travail et font une pause de tous les jours et jours fériés. C'est à cause de cela qu'ils négligent la famille, alors que les partenaires ne se divertissent pas et ne conduisent pas leurs faiblesses et leurs intérêts. Très souvent, il s'accompagne de maux de tête constants, de nausées, de fatigue et de problèmes de concentration et de sommeil.

Pour faciliter le traitement, il est utile de trouver les bases de ce point. Ils sont généralement associés à des perfectionnistes typiques. Les ambitions ne manquent pas et ils choisissent de tout faire parfaitement, très bien, sans aucun défaut. Beaucoup de gens pensent également que le bourreau de travail peut être associé à un sentiment de manque de valeur. Les personnes à charge auraient souvent eu des problèmes matériels dans les récits et souhaitaient désormais utiliser correctement leur travail pour augmenter leurs revenus.

Le workaholism, comme toute dépendance psychologique, a des effets négatifs directs. Parmi eux, il y a une diminution paradoxale de l'efficacité et de la productivité. Les bourreaux de travail sont surchargés par l'exécution constante des tâches et ne réalisent pas qu'ils perdent vraiment beaucoup de temps, par exemple en se souvenant de livres et en réfléchissant à chaque tâche. Le pire effet secondaire est de perdre le contrôle de la vie polonaise. Les toxicomanes doivent donc nécessairement faire une bonne psychothérapie.